CANDIDATURE AU SIEGE DE BRUNO BARBEY
ACADEMIE DES BEAUX-ARTS
SECTION PHOTOGRAPHIE
Marie Docher
Lettre aux Académiciennes et Académiciens 
suivie d'une vidéo de présentation.

Je suis une artiste.
Je suis une photographe.

Je m’intéresse au temps qui passe
et à la fabrique des représentations.

Je sais les mécanismes sociaux
qui construisent une carrière d’artiste,
j’ai filmé celles et ceux qui les étudient.

Rien de ce qui concerne la photographie ne m’indiffère.

Je sais qu’en moyenne un photographe gagne 1400 € par mois
et une photographe 40% de moins,
que ça n’a rien à voir avec le talent
et que les conséquences sur la société sont réelles.
.

Je sais la diversité des statuts d’artistes, des photographes.
Je sais comment fonctionnent les start-ups qui ubérisent la photo,
j’ai travaillé pour eux afin de payer des factures.

Je sais que les photographes ne doivent pas être isolés
des autres créatrices et créateurs visuels.
Nous participons à la représentation du monde.

Je suis photographe.
Je suis artiste.

Je sais les enjeux des GAFA.
Je sais qu’en moyenne, pour vivre, les photographes font 3 métiers.

Je sais que 91% des images qui nous montrent le monde
dans nos journaux quotidiens
sont produites par un petit groupe d’hommes occidentaux.
C’est ce même groupe qui réalise 88% des portraits de nos contemporains
représentés dans la presse.
C’est un problème de représentation majeur.

Je le sais parce que je l’étudie,
parce que je fais partie d’un groupe de recherche.

Rien de ce qui concerne la photographie ne m’indiffère.

Je sais pourquoi il y a plus de jeunes femmes
que de jeunes hommes dans les écoles de photographie
et pourquoi elles disparaissent rapidement du champ professionnel.

Je sais où vivent la plupart des photographes en France
et les conséquences sur la représentation de la société.

Je sais bien d’autres choses parce qu’être photographe,
faire un geste photographique,
n’est jamais neutre.

Rien de ce qui concerne la photographie ne m’indiffère.

Je suis photographe.
Je suis artiste.

Je me pose des questions, toujours.

Je me demande par exemple
pourquoi il me suffit d’une main
pour compter les photographes
ayant des origines dans les anciennes colonies.

Je ne me demande pas pourquoi Zineb Sedira
qui représentera la France à la Biennale de Venise
vit à Londres.
Elle me l’a dit.

Bien sûr je connais l’histoire de la photographie.
Je connais les classiques et les contemporains.
Je sais aussi que les femmes ont été simplement effacées de l’Histoire de l’Art.
Je connais les historiennes et historiens qui réparent patiemment ce discours.
Je les ai filmés.
Nous nous parlons.

Je suis photographe.
Je suis artiste.

Je fais bouger des lignes.
C’est le rôle que je porte dans ce métier.

Je suis aimée pour ça.
Et parfois détestée.
C’est normal.
C’est ainsi quand on porte une parole publique.

Rien de ce qui concerne la photographie ne m’indiffère.

Je sais que la photographie va mal
alors qu’elle est omniprésente,
qu’il faut la penser autrement,
qu’elle échappe à la critique traditionnelle
car elle est dans le siècle de la diffusion.

Il va sans dire que je sais développer mes films et mes fichiers raw,
que je connais la lumière du labo et celle de l’écran calibré.
Mais je préfère le dire.

Je suis une artiste,
Je suis une photographe.

Je me présente pour ce que j’ai réalisé pour la photographie depuis 2014,
seule, en collectif, en réseau.

Je me présente pour tout ce qu’il faut faire pour enrichir,
ouvrir la photographie à sa diversité.
parce que j’ai des projets
que nous pouvons réaliser.

Et pour tout ce que je sais,
et ce que je ne sais pas encore,
je vous demande de m’accepter parmi vous
et donc de voter pour ma candidature au siège de Bruno Barbey.

Je vous invite à regarder la vidéo que j’ai préparée pour vous,
dans laquelle je raconte en 5 minutes le parcours qui m’amène ici
et vous donne rendez-vous le 23 juin 2021.

Je vous présenterai une œuvre qui parlera du canon, du corps,
de la performance et du courage.

Je vous remercie de votre attention.

Bien cordialement,

Marie Docher

« Contribuer à la défense et à l’illustration du patrimoine artistique de la France, ainsi qu’à son développement, dans le respect du pluralisme des expressions », ainsi est définie la vocation de l’Académie dans ses statuts.
Top - Haut